Cette chronique sur « Les Ténèbres d’Orcus » me va droit au coeur…

Chronique de Fabrice Causapé, blogueur Instagram @fabricecausape

« Encore une pépite made in autoédition ! De l’artisanat qualité compagnonnage ! »

Ce polar est conduit par un duo de gendarmes au sein de la campagne dijonnaise.
Ils n’ont en commun que l’uniforme, l’un antipathique et tête brûlé, l’autre tempéré mais pas téméraire. En effet, un homme a été retrouvé mutilé d’une bien curieuse façon dans la forêt de Rillon, petite bourgade montagneuse aux hivers rigoureux et austères. Chevrillon et Arango doivent enquêter auprès des villageois aussi inhospitaliers que le climat. D’emblée une défiance s’impose entre les citadins et les ruraux. Chacun méprise et se méfie de l’autre !

Les premières lignes m’ont évoqué le chef d’œuvre de Giono, “Un roi sans divertissement” car l’une des principales qualités du roman est l’ambiance à la fois mystérieuse, inquiétante, glaciale et rustique que diffuse cette population rurale.

L’autre est le style ! Le propos est rythmé au mot parfaitement calibré qui fait couler les phrases de manière mélodieuse tel un alcool qui enivre. Les dialogues sont tout aussi percutants et efficaces.

L’intrigue paraît en premier lieu simple sauf que le héros tire sur un fil. Ce fil fait émerger un lourd secret que tout le monde cherche à taire et qui est à l’origine de ce remue-ménage qui vient ébranler la quiétude de ce village. Et là est la prouesse narrative, on ne s’ennuie pas une seconde avec cette histoire bourrée de rebondissements et de suspens ! C’est fabuleusement complexe et construit avec précision !

Une réflexion pertinente ressort de cette passionnante lecture sur la justice. Est-elle juste ? Et si on ne l’estime pas, doit-on forcément l’invoquer ? C’est à cette question que ce roman glaçant laisse aux lecteurs loisir d’y répondre.

Je ne peux que vivement conseiller ce thriller de haut vol ! Tu seras forcément happé par cette ambiance pesante et ces multiples secrets.
Une chose est sûr, K. Bellatrix, je vais te suivre de près. »

Publié par K. BELLATRIX

K. Bellatrix (un pseudonyme, en référence à la constellation d'Orion), est originaire d'un petit village en France. "Les Ténèbres d'Orcus" est son premier thriller, né en Suède, où K. Bellatrix vit depuis plusieurs années.

Un avis sur « Cette chronique sur « Les Ténèbres d’Orcus » me va droit au coeur… »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :