The-book-trotters

Sur Instagram, @thebooktrotteuses a mis en place une initiative fantastique pour faire voyager des livres !

Le principe est simple : des livres sont chroniqués, et ceux qui répondent aux critères de sélection du groupe sont sélectionnés.

Un livre sélectionné est proposé à 10 lecteurs, tirés au sort. L’auteur ou la maison d’édition envoie le livre au premier lecteur avec une dédicace. Le premier lecteur lit le livre, écrit un mot, et l’envoie au second lecteur. Et ainsi de suite jusqu’au dixième lecteur qui ensuite le renvoie à l’auteur / à la ME.

L’auteur recoit, à la fin de ce superbe voyage, son livre avec 10 mots des 10 lecteurs.

J’ai eu l’immense plaisir de voir mon livre sélectionné pour participer à ce fabuleux voyage géographi-livresque ! Et pour moi qui vis en Suède, le voyage de mon livre et sa rencontre avec 10 lecteurs en France prennent une signification toute particulière.

« Résumé : Rillon-en-Campagne, petit village isolé de 200 âmes. Ici, tout le monde se connaît, depuis des générations. Quand le corps supplice de l’un des leurs est découvert dans un coin difficilement accessible de la forêt, il n’y a pas de doute, le tueur est du coin. Mais qui ? Et surtout pourquoi ? On ne décapite pas un homme pour un petit différent. Sylvain Chevrillon, et son adjoint Rubio Arango, gendarmes à Dijon, sont en charge de cette enquête en huis-clos, teintée de vieux secrets enfouis.

Mon avis : Je ne savais pas trop à quoi m’attendre en commençant cette lecture ; le titre me faisait craindre une pincée de surnaturel, mais pas du tout. Dès les premières pages, j’ai été conquise par le style fluide et naturel de l’écriture. Ni trop guindé, ni trop familier, le dosage est parfait ! On est propulsé immédiatement dans l’horreur de ce meurtre atroce, ainsi que dans l’ambiance pesante de ce village de campagne en automne, avec son code d’honneur, ses non-dits et ses secrets. Ambiance « chasse, pêche et nature » mais en version malsaine, on n’a pas envie de s’y retrouver coincé. Au début, j’aimais bien le gendarme Chevrillon et son côté cash, mais il est rapidement devenu antipathique. Citadin hautain qui méprise les « bouseux », un poil misogyne et borné comme pas deux… Insupportable ! J’aurais aimé que son adjoint lui rentre un peu plus dans le lard, il le méritait le bougre.
L’intrigue est très efficace, même si j’ai eu un léger soupçon à un moment, j’ai été surprise grâce aux nombreux rebondissements et j’ai trouvé ça très bien ficelé. J’ai juste tiqué sur un détail dont j’ai discuté par la suite avec l’autrice, mais ça n’enlève en rien le plaisir que j’ai eu à le lire, grâce à son suspense, son action et son originalité. Bravo ! Je lirais avec plaisir le prochain. »

Publié par K. BELLATRIX

K. Bellatrix (un pseudonyme, en référence à la constellation d'Orion), est originaire d'un petit village en France. "Les Ténèbres d'Orcus" est son premier thriller, né en Suède, où K. Bellatrix vit depuis plusieurs années.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :