Revue de presse – lydialefur_thriller_et_chat (compte littéraire Bookstagram)

« CHRONIQUE ‼️📚📚📚📚Ténèbres et lumière.
Mort et vie.
Crime impuni et justice.

Fragile barrière entre toutes ces facettes antagonistes, deux hommes représentants de l’ordre vont tenter d’élucider un crime. Deux jeunes gendarmes, Sylvain Chevrillon et son adjoint Rubio Arango, vont faire l’expérience de cet instant où tout peut basculer, de ce moment où le fin limier devient proie.

Hors de leur domaine urbain habituel, ils font devoir faire preuve de courage, de sang-froid face à leur propre mort, et de persévérance face aux habitants adeptes de l’omerta et de la méfiance envers les gendarmes.
Un homme, retrouvé mort, décapité, en pleine forêt sombre du Morvan par un temps glacial pose son énigme.

Le lieu, terrain de chasse au sanglier, offre un mélange de neige, de pluie de boue, et rappelle la bestialité de l’homme et la rudesse de la nature.
Qui a tué cet homme ? Quel est le mobile ? L’assassin va-t-il s’arrêter là ?
Vont-ils trouver l’Orcus ?

Un très bon moment de lecture. Des phrases courtes, presque télégraphiques, au présent, sonnant comme les didascalies d’une pièce de théâtre procurent au lecteur une immersion totale dans ce monde rural en huis clos marqué par cette obscurité de la campagne qui frappe tant le citadin habitué aux lumières de la ville.

On sent un beau travail de relecture, aucun temps mort, aucun mot en trop.
Je recommande cette petite pépite qui sort des sentiers battus, dans tous les sens du terme. 😉 Ce petit thriller à tout d’un grand. 😎😊 « 

Finaliste Prix des Lecteurs Librinova 2020 !

Aujourd’hui, je souhaite partager avec vous la joie de voir mon roman « Les Ténèbres d’Orcus » dans la liste des finalistes du Prix des Lecteurs Librinova 2020.

Merci à toutes et tous pour votre soutien ! 🙏

Après le métro de Stockholm, celui de Moscou !

Suite à mon article sur les stations de métro de Stockholm, vous avez été nombreux à réagir à la créativité des lieux.

Et aujourd’hui, pour rester dans le thème, j’ai choisi de vous emmener dans d’autres stations, d’une ville qui m’a laissé des souvenirs incroyables l’année dernière : Moscou.

Déjà, quand vous allez à Moscou, ne vous attendez pas à avoir un plan traduit en anglais, ou d’avoir simplement le nom des stations écrit dans notre alphabet. Niet ! Mais, chaque ligne a des couleurs qui sont très bien indiquées, et les usagers et policiers que j’ai rencontrés, ne parlaient pas anglais, mais avaient tous une réelle envie d’aider. Donc on s’y retrouve finalement facilement. Et quelle beauté ! 44 stations sont classées « World Heritage ».

La station Ploshchad Revolyutsii: près de la place Rouge, elle est connue pour ses spectaculaires arches de marbre et ses sculptures qui rendent hommage à la Révolution bolchévique de 1917.

76 statues de bronze célèbrent le peuple: soldats, fermiers, écrivains, pilotes, étudiants, athlètes ou encore ouvriers d’usine.

Les plus populaires, au cœur des superstitions, ne représentent pas des humains : les chiens protégeant un garde-frontière sont le porte-bonheur préféré des Moscovites, qui leur frottent systématiquement le museau en passant à côté pour  s’assurer une excellente journée ! Idem pour la statue du coq, caressée pour résoudre les problèmes d’argent. Enfin, un marin a un crayon que les étudiants touchent tous les jours pour s’assurer le succès lors des examens.

La station Kievskaya est de toute beauté, elle possède de superbes mosaïques illustrant l’agriculture de l’ex-URSS.

Komsomolskaya est la station la plus luxueuse du métro de Moscou.

Mon article est sur le métro de Moscou, mais je ne peux résister à la tentation d’ajouter quelques photos, quelques instants magiques, capturés sur, où juste à côté de la Place Rouge. Des moments inoubliables… et un produit mythique en vitrine 😉.

Station Ploshchad Revolyutsii

Station Ploshchad Revolyutsii

Station Ploshchad Revolyutsii

Station Kievskaya

Komsomolskaya

Place Rouge
Nikolskaya Street
La Cathédrale Saint-Basile-le-Bienheureux

Le célèbre caviar de beluga dans le centre commercial GOUM

Nikolskaya Street by night

Troll vs Tomte !

La période de Noël est un bon moment pour partager avec vous un livre incroyable, fruit de plus de 20 ans de recherches: « La grande encyclopédie des lutins et autres petites créatures«  de Pierre Dubois.

Il distingue plusieurs catégories de lutins :

  • Ceux des bois et des forêts, avec le célèbre Puck, créature qui génère la confusion et a inspiré le personnage homonyme dans la pièce de Shakespeare « Le Songe d’une nuit d’été ». Il est également surnommé Jack-o’-lanthorn (« Jack à la lanterne »)
  • Ceux de la terre et des cavernes : Lepréchaun irlandais, Gnomes d’Europe centrale et orientale, Gobelins anglais ou Monacielli italiens
  • Ceux des landes et des collines : facétieux lutins et les farfadets.
  • Ceux des prés, des champs et des jardins : Pans, Kabouters des flandres ou Foletti italiens. 
  • Les plus proches de nous, ceux de la maison : Nissen ou Tomte scandinaves ou Gremlins malfaisants.
  • Ceux des étangs et des rivières, ceux de la mer et des rivages, compagnons ou adversaires des marins.
  • Et Les moins connus, ceux de la montagne, les Servans suisses ou les Klok’tomte autrichiens.
Gentil Tomte versus méchant Troll ?

Dans le folklore nordique le lutin au bonnet rouge, Tomte (ou Nisse selon les pays) est la figure du foyer et de la proximité. À l’opposé du Tomte protecteur, c’est le Troll qui domine souvent le récit médiéval, où il incarne la méchanceté et la bêtise. Laid, difforme, cruel, il vit dans des grottes et redoute la lumière du jour qui a le pouvoir de le transformer en pierre.

Le Tomte apparaît comme l’être de la campagne, de la maison, du foyer, du quotidien quand le Troll est associé aux montagnes inquiétantes et aux contrées hostiles.

Et vous ? Vous sentez-vous observés quand vous vous promenez en forêt ? 😉

Stockholm : quand l’art s’invite dans le métro

Le métro de Stockholm est la plus longue galerie d’art du monde :  elle fait 110 kilomètres de long, et 90 stations sur 110 ont été décorées par des artistes.

Peintures, sculptures, gravures, mosaïques, reliefs ou même installations électriques : plus de 150 artistes depuis les années 1950 ont contribué à rendre ces lieux uniques. Dans la station KungsträdgÃ¥rden, on se croirait même dans une excavation archéologique romaine, avec les restes du vieux palais de Malakös.

Envie de découvrir ?

Cette chronique sur « Les Ténèbres d’Orcus » me va droit au coeur…

Chronique de Fabrice Causapé, blogueur Instagram @fabricecausape

« Encore une pépite made in autoédition ! De l’artisanat qualité compagnonnage ! »

Ce polar est conduit par un duo de gendarmes au sein de la campagne dijonnaise.
Ils n’ont en commun que l’uniforme, l’un antipathique et tête brûlé, l’autre tempéré mais pas téméraire. En effet, un homme a été retrouvé mutilé d’une bien curieuse façon dans la forêt de Rillon, petite bourgade montagneuse aux hivers rigoureux et austères. Chevrillon et Arango doivent enquêter auprès des villageois aussi inhospitaliers que le climat. D’emblée une défiance s’impose entre les citadins et les ruraux. Chacun méprise et se méfie de l’autre !

Les premières lignes m’ont évoqué le chef d’œuvre de Giono, “Un roi sans divertissement” car l’une des principales qualités du roman est l’ambiance à la fois mystérieuse, inquiétante, glaciale et rustique que diffuse cette population rurale.

L’autre est le style ! Le propos est rythmé au mot parfaitement calibré qui fait couler les phrases de manière mélodieuse tel un alcool qui enivre. Les dialogues sont tout aussi percutants et efficaces.

L’intrigue paraît en premier lieu simple sauf que le héros tire sur un fil. Ce fil fait émerger un lourd secret que tout le monde cherche à taire et qui est à l’origine de ce remue-ménage qui vient ébranler la quiétude de ce village. Et là est la prouesse narrative, on ne s’ennuie pas une seconde avec cette histoire bourrée de rebondissements et de suspens ! C’est fabuleusement complexe et construit avec précision !

Une réflexion pertinente ressort de cette passionnante lecture sur la justice. Est-elle juste ? Et si on ne l’estime pas, doit-on forcément l’invoquer ? C’est à cette question que ce roman glaçant laisse aux lecteurs loisir d’y répondre.

Je ne peux que vivement conseiller ce thriller de haut vol ! Tu seras forcément happé par cette ambiance pesante et ces multiples secrets.
Une chose est sûr, K. Bellatrix, je vais te suivre de près. »

Le sauna, un incontournable en Suède !

Le sauna, d’origine finlandaise, s’appelle le « bastu », contraction de bad et stuga (cabane de bain). Ses origines remontent à plus de 2 000 ans, et a évolué vers une cabine faite en troncs d’arbres avec une cheminée et des bancs, endroit sacré et protégé des esprits de la forêt.

Jusqu’au XIXème siècle, il était courant d’y accoucher, de purifier son corps pour éviter les maladies, car c’était l’endroit le plus propre de la maison. D’ailleurs, le bastu était souvent construit en premier.
Contrairement au hammam hérité de la Rome antique et encore très en vogue dans le pourtour méditerranéen, le bastu a donc une chaleur sèche : la température y varie de 75 à 100°C. Le sauna finlandais est, lui, souvent un peu plus chaud.

Au fil du temps, le foyer de pierre est remplacé par un poêle à bois puis par un poêle électrique, toujours surmonté de pierres de stéatite, excellent conducteur thermique. La Suède n’égale pas la Finlande quant au nombre de saunas/bastu sur son territoire ; néanmoins, beaucoup d’immeubles et de maisons particulières en sont équipés ainsi que toutes les piscines et salles de sport. Il est également possible de louer un bastu flottant ou motorisé pour une bastu-party dans la capitale ou dans l’archipel.

Donc, que vous soyez nostalgiques de la chaleur de l’été ou simplement déjà frileux et frigorifiés, munissez-vous de branches de bouleaux pour vous fouetter et activer votre circulation sanguine, de nombreuses occasions de vous réchauffer s’offrent à vous !
(source : lasuedeenkit.se)

Envie de découvrir mon univers ?

Les Ténèbres d’Orcus: eBook & Broché / 250 pages – sur la plupart des sites libraires

Un texte très court de 1 000 mots / 4 pages : Trahison / Betrayal. En FR et en EN, exclusivité Kindle sur tous les sites Amazon https://www.amazon.com/dp/B08P8Q5FJ5

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :