Dans l’hémisphère nord, on appelle l’aurore polaire : l’aurore boréale.

« Aurora » signifie lever du jour, et est aussi le nom de la déesse romaine de l’aube, et « borealis » fait référence au nom grec désignant le vent du Nord. Ces voiles de couleurs qui ondulent dans le ciel sont le résultat de l’interaction entre les particules chargées du vent solaire et laLire la suite « Dans l’hémisphère nord, on appelle l’aurore polaire : l’aurore boréale. »

Une folie, une folie légendaire et unique, connue dans le monde entier, symbole de l’Éphémère

Je suis situé à 200 km au Nord du cercle polaire arctique, dans un tout petit village appelé Jukkasjärvi. Je suis avant tout un projet artistique, source d’inspiration pour beaucoup, qui dure maintenant depuis plus de 2 décennies.   Tout a commencé en 1989, lorsque mon fondateur, Yngve Bergqvist, a proposé un stage de sculptureLire la suite « Une folie, une folie légendaire et unique, connue dans le monde entier, symbole de l’Éphémère »

Prix des Lecteurs Librinova décerné aux Ténèbres d’Orcus

Je remercie Librinova et son comité de lecteurs pour leur enthousiasme et leur confiance.Ce Prix des Lecteurs me touche beaucoup… et m’encourage à continuer d’écrire !

S’asseoir sur un lac gelé, se sentir vivre, se sentir libre…

« (…) Ô lac ! rochers muets ! grottes ! forêt obscure !Vous, que le temps épargne ou qu’il peut rajeunir,Gardez de cette nuit, gardez, belle nature,Au moins le souvenir ! « Alphonse de Lamartine / Le Lac. Bonjour, je m’appelle le lac Torneträsk. Je suis le 6ème lac suédois en taille, situé à Jukkasjärvi, petit villageLire la suite « S’asseoir sur un lac gelé, se sentir vivre, se sentir libre… »

Smoking iron mine

« Sans doute les foyers des générateurs s’éteignaient à peine, car la haute cheminée de briques lâchait de légères fumées, sous les nuages sombres; tandis que la girouette du beffroi grinçait au vent, d’un petit cri aigre, la seule voix mélancolique de ces vastes bâtiments qui allaient mourir. » Germinal, Emile Zola. En ce mois de « Pluviôse »,Lire la suite « Smoking iron mine »

Le roi de la forêt

De tous les animaux que j’ai la chance de croiser en Suède, le plus impressionnant reste pour moi l’élan. Il est la plus grande espèce de cervidés sur la planète. Son poids peut atteindre 700 kg et sa hauteur plus de 2 mètres à l’épaule. Il est un grand solitaire, qui a peur des hommes.Lire la suite « Le roi de la forêt »

“Les mots sans les pensées ne vont jamais au ciel.”

Cet extrait d’Hamlet résonne avec la beauté du spectacle d’hier. A Stockholm, nous avons très souvent des couchers de soleil magnifiques, tirant souvent sur le rouge et le violet. Et hier, les mouvements dans le ciel étaient majestueux et j’avais mon appareil photo sous la main lorsque les couleurs se développaient de manière verticale également.Lire la suite « “Les mots sans les pensées ne vont jamais au ciel.” »

The-book-trotters

Sur Instagram, @thebooktrotteuses a mis en place une initiative fantastique pour faire voyager des livres ! Le principe est simple : des livres sont chroniqués, et ceux qui répondent aux critères de sélection du groupe sont sélectionnés. Un livre sélectionné est proposé à 10 lecteurs, tirés au sort. L’auteur ou la maison d’édition envoie leLire la suite « The-book-trotters »

Article de Presse – K. Bellatrix: l’ancien « enfant du village »

Je suis originaire d’un petit village de Côte-d’Or, en Bourgogne, qui a inspiré mon dernier roman. Ce village s’appelle Sombernon. Le journal quotidien du département: Le Bien Public, a publié un article sur mon roman « Les Ténèbres d’Orcus ». J’ai ressenti beaucoup d’émotions quand j’ai découvert cet article, rappel de mon enfance, de mon passé, pourLire la suite « Article de Presse – K. Bellatrix: l’ancien « enfant du village » »

Revue de presse – le_nez_dans_les_bouquins (compte littéraire Bookstagram)

❄ je recommande ❄Mélangez une dose de la série « Les revenants », une pincée de l’excellent « Surface » d’Olivier Norek et une portion de la sordide histoire du petit Gregory et vous voilà dans les méandres et l’atmosphère étouffante et anxiogène des « Ténèbres d’Orcus ». Ce sont les trois références (qui me sont propres) qui ne m’ont pasLire la suite « Revue de presse – le_nez_dans_les_bouquins (compte littéraire Bookstagram) »